Publié le

Tendances marketing sur points de vente 2014

Tendance digitalisation numérisation point de vente

Les tendances marketing en 2014 : retrouver un commerce proche de ses consommateurs…grâce au digital

Alors que les technologies développées par DIGILOR bouleversent les habitudes du retail traditionnel, les tendances marketing observées marquent la volonté de retrouver un commerce proche de ses consommateurs. Les tendances marketing made in 2014 soulignent donc une tentative de résolution de ce paradoxe : faciliter l’achat grâce aux dispositifs numériques innovants tout en réhabilitant un contact humain et une confiance nécessaire à la consommation.

Des points de vente en conversion aux pratiques digitales : s’adapter face aux nouvelles pratiques de consommation

Tendances marketing : Nouvelles technologies et nouvelles attentes

Les points de vente traditionnels sont confrontés à la mutation des pratiques d’achat et de consommation de leur clientèle. Il faut donc appréhender un consommateur qui est surinformé, puisque près de 60% de la population utilise Internet afin de préparer un achat. De la même manière, les magasins doivent prendre en compte la dimension sociale que comporte désormais la consommation, les trois-quarts des consommateurs français ayant déjà eu recours aux réseaux sociaux avant leur expérience shopping. D’une manière générale, le niveau d’exigence de la clientèle a augmenté. Les facilités d’achat proposées par le e-commerce et le m-commerce (achat et livraison à domicile, dématérialisation des stocks …) sont ainsi considérées comme des acquises. Le marketing 2014 en point de vente doit donc appréhender cette dimension.

L’adoption du digital au coeur des tendances marketing actuelles

Pour faire face à ces consommateurs dits « augmentés », les points de vente se sont ainsi transformés. A commencer par la dimension esthétique du magasin, qui doit procurer une expérience d ’achat émotionnellement supérieure à celle que tout consommateur peut avoir chez lui, d’où la rupture des cadres traditionnels et l’installation de murs digitaux, avec l’exemple du flagship Burberry de Londres. La constitution de ce magasin augmenté implique également la reproduction des services offerts sur le net. Pour ce faire, des tablettes digitales permettent de commander sur point de vente via un catalogue en ligne. Le processus est similaire avec les réseaux sociaux, les magasins traditionnels jouant de manière croissante sur cette fibre par l’implantation de bornes interactives connectées, à l’instar du miroir Twitter de la marque Morgan. Pour autant, cette digitalisation du point de vente ne doit pas faire oublier une dimension de plus en plus recherchée par les consommateurs, celle de l’expérience humaine, au delà du simple acte d’achat.

Réhabiliter l’humain

Être au contact

Les consommateurs sont ainsi demandeurs d’une personnalisation de l’offre commerciale. Il s’agit de faire face à l’anonymisation du commerce de masse pour aboutir à un commerce de proximité, précis et porteur de sens. L’une de ses dimensions concerne la suppression des intermédiaires, le retour à une forme de transaction plus directe qui répondrait au crédo « consommer moins pour consommer mieux ». A ce titre, l’initiative d’Auchan, qui développe des espaces de location de matériel marque la volonté pour une partie de la clientèle de rompre avec une logique dite « consumériste ». Proximité, simplicité et personnalisation sont donc les nouvelles valeurs recherchées par la clientèle que le marketing 2014 s’efforce de mettre en œuvre.

Réenchanter les relations humaines

Dans ce nouveau cadre que décrit les exigences renouvelées du consommateur, il ne s’agit pas uniquement de restaurer l’humain mais bien de réhabiliter les relations humaines pour en faire un facteur de bien-être. Une première conséquence en est la promotion du vivre ensemble dans des lieux créateur d’empathie, porteur d’une certaine neutralité qui garantisse la tolérance et l’acceptation de tous. Les campagnes contre l’incivilité menées par la RATP sont à ce titre symboliques. D’autre part, on assiste en 2014 à la propagation d’une culture de l’événement et des grands rassemblements collectifs censés transformer l’expérience d’achat. Ce mouvement, baptisé « Retail’tainment », amène les points de vente à organiser des opérations ludiques et pédagogiques à caractère marketing. Les marques de cosmétiques proposent ainsi des cours de maquillage où les consommatrices peuvent expérimenter en action les produits vendus en magasin.

Les tendances marketing 2014 s’appuient donc sur deux courants à priori inconciliables : le digital et l’humain. Le premier, à travers les solutions développées par DIGILOR, doit traduire la modernisation du comportement d’achat pour aller vers des expériences shopping facilitées. Le second marque le besoin de confiance qu’ont les consommateurs modernes face à la surinformation qui les entoure. L’enjeu du marketing en 2014 réside ainsi sur la capacité des points de vente à allier ces deux dimensions.