Publié le

Comment choisir entre TBI, VPI et ENI pour une salle de classe ?

Choix entre TBI, VPI et ENI

TBI, VPI, ENI… ces sigles vous disent vaguement quelque chose à première vue. Pourtant,  vous les côtoyer sans doute au quotidien : le tableau blanc interactif, le vidéoprojecteur  interactif et l’écran numérique interactif. Au fil des années, les dispositifs interactifs ont évolué, devenant tactiles ou combinant des  dispositifs existants.  Et aujourd’hui ? Eh bien, vous avez le choix entre pléthore de solutions. Encore faut-il y voir clair dans ce  qu’elles proposent, leurs avantages et inconvénients et comment faire votre choix pour  équiper une salle de classe. 

Quelles sont les caractéristiques du TBI, du VPI et de  l’ENI ? 

Ne vous inquiétez pas, le but n’est pas d’établir une fiche technique indigeste de chaque  produit. Il s’agit plutôt de vous donner leurs caractéristiques essentielles, histoire de bien  distinguer les dispositifs. 

Le tableau blanc interactif (TBI) 

Le TBI est un tableau blanc tactile qui fonctionne grâce à plusieurs éléments : un tableau  interactif avec des capteurs intégrés, un ordinateur et un vidéoprojecteur. À l’aide du vidéoprojecteur, les images de l’ordinateur sont projetées sur le tableau blanc.  Les élèves interagissent ainsi avec les images sur le tableau avec un stylet ou leurs doigts. 

Le vidéoprojecteur interactif (VPI) 

Ici, c’est le VPI qui est équipé de capteurs en l’absence de tableau blanc. Il transforme  une surface plane claire en surface interactive, en projetant l’image transmise par un  ordinateur. En d’autres termes, les élèves peuvent interagir avec un mur à l’aide d’un stylet spécifique.

L’écran numérique interactif (ENI) 

L’ENI n’a ni besoin de vidéoprojecteur, ni d’ordinateur puisque concrètement, l’ordinateur est  intégré à l’écran, qui contient des capteurs. C’est une solution « tout en un », une tablette  tactile géante. Les élèves interagissent avec leurs doigts ou un stylet spécifique.  La différence majeure avec les deux autres dispositifs ? L’ENI affiche une image. Le TBI et le  VPI la projettent. 

Ecole tactile tableau

Quels sont les avantages et inconvénients des TBI, VPI et  ENI ? 

Au-delà du fait que ces solutions permettent d’augmenter l’interactivité et le côté ludique  d’un cours (ajouter du contenu, dessiner, annoter, etc), chacune présente des spécificités  propres. 

Le TBI : quels avantages, quels inconvénients ?  

On note le caractère intuitif du TBI : déplacement d’objets, changement de couleurs,  sauvegarde… Tout le monde est capable de l’utiliser grâce au doigt ou au stylet. En revanche, l’encombrement peut être un frein, vu que le tableau blanc ne peut pas être  utilisé avec des feutres traditionnels.  Aussi, les ombres générées par le vidéoprojecteur peuvent s’avérer gênantes. Mais ce  problème peut être atténué en utilisant une focale courte. Le vidéoprojecteur est placé plus  près de la surface et génère donc moins d’ombre portée. 

Points positifs et négatifs du VPI  

Le VPI s’adapte à toute surface plane et claire, ce qui permet à la fois d’utiliser un tableau  blanc de façon traditionnelle et de réaliser une projection numérique. Le rapport taille de  l’image/prix est imbattable (2 mètres minimum de diagonale pour 1 500€ environ).  Cela dit, ce dispositif étant non tactile la plupart du temps (stylet obligatoire), c’est  l’expérience la moins « naturelle » des trois solutions. Comme le TBI, il génère une ombre  sur la surface de travail et les coûts de maintenance peuvent saler la facture (remplacement des ampoules, nettoyage du filtre à air). 

Et pour l’ENI ? 

Techniquement, l’ENI est le dispositif interactif le plus complet, puisqu’il ne dépend pas  d’un ordinateur ou d’un vidéoprojecteur. Les avantages sont multiples : qualité de l’image, durée de vie, aucune ombre portée,  interactivité maximale, utilisation intuitive même à plusieurs, plus de flexibilité pour les  enseignants, etc. Les points négatifs du TBI et du VPI sont balayés d’un revers de main. 

Le principal inconvénient de l’ENI est son prix élevé. Cependant, cet aspect est à  relativiser avec le coût de maintenance nul, la durée de vie de l’écran nettement supérieure  aux autres dispositifs et le fait que vous n’ayez pas besoin d’acheter de matériel  supplémentaire pour le faire fonctionner. 

Comment choisir entre ces dispositifs pour projeter dans  une salle de classe ? 

Comment faire votre choix ? En prenant en compte vos besoins : niveau, budget, taille des  salles de classe… À chaque type de salle et de besoin correspond un dispositif. 

Pour les petites salles (20 personnes maximum), privilégiez l’ENI. Une solution à coût  équivalent à un vidéoprojecteur avec une qualité bien supérieure, idéale pour les classes de  maternelle ou CP qui nécessitent beaucoup d’interactivité. 

D’autre part, il n’est pas rare que les classes de collège et lycée accueillent près de 40  personnes. Dans ces cas-là (au-delà de 30 personnes), ENI ou VPI peuvent convenir, selon  le budget. 

À côté de cela, il faut penser à d’autres paramètres. Par exemple, le dispositif doit-il être  mobile ? Envisagez-vous de retirer les tableaux traditionnels ? Autant de questions sur  lesquelles il convient de se pencher avant tout investissement. 

Aujourd’hui, le TBI semble montrer ses limites. Selon l’utilisation, le type d’audience, de salle  et le budget, il est davantage recommandé de s’orienter vers un VPI ou un ENI.