Publié le

Le musée devient vivant

Musée vivant

Depuis quelques années, de plus en plus de musées saisissent l’opportunité des nouvelles technologies et notamment du digital pour se moderniser et se renouveler face à d’autres activités culturelles. L’enjeu est de se détacher de l’image traditionnelle des musées que beaucoup de personnes peuvent avoir, parfois peu attrayants, avec des tableaux anciens figés aux murs, et où la plupart des visiteurs se contentent de parcourir le musée d’oeuvres en oeuvres sans vraiment y prêter attention.

Dorénavant grâce à de nombreux outils numériques, les musées deviennent vivants : les expositions ne sont plus figées mais sont dynamiques, interactives et permettent au public de ne plus être passif mais de devenir acteur actif pour ne former qu’un avec l’art.

Expériences immersives

Le tactile offre de nombreuses possibilités et permet de repousser les limites de l’art.

Au parc culturel parisien La Villette, une exposition numérique plonge tous les visiteurs au cœur de l’oeuvre car ils deviennent eux-mêmes des œuvres d’art en se déplaçant librement grâce à un parcours interactif. L’exposition, appelée “Au-delà des limites”, permet de faire vivre une expérience différente à chacun des visiteurs car les œuvres se transforment, bougent, se mélangent en fonction des déplacements de chacun.

Musée vivant interactif

Au musée Digital Art à Tokyo, le premier musée entièrement numérique, l’exposition “Borderless World”, semblable à celle de “Au-delà des limites” à Paris, emporte les visiteurs dans une expérience artistique unique. Ce monde sans frontières forme un univers en perpétuel mouvement où les œuvres sont en relation avec le public et se transforment par des jeux de sons et de lumières pour créer de nouveaux éléments mouvants. Des fleurs qui fanent lorsque l’on marche dessus, l’eau d’un ruisseau qui s’arrête de couler lorsque l’on passe au travers, se perdre dans une forêt, sauter entre les étoiles et les planètes… Le parcours est évolutif et change constamment en fonction des interactions des visiteurs. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de parcourir plusieurs fois la même salle, mais également pour découvrir des pièces dissimulées en apercevant une nouvelle porte apparaître. Le musée laisse libre choix concernant le sens du parcours, il n’y a pas de plan fourni pour visiter.

Autre musée qui a mis en place une exposition numérique, l’Atelier des Lumières, un centre d’art numérique installé dans une ancienne fonderie du XIXe siècle à Paris. Grâce à des centaines de vidéoprojecteurs laser, cette première exposition numérique met à l’honneur l’artiste autrichien Gustav Klimt à travers une immersion totale au milieu de ses oeuvres. La seconde exposition numérique à l’Atelier des Lumières concernera un nouveau grand nom de l’histoire de l’art et débutera en fin d’année 2018.

Numérisation des œuvres

Google Arts & Culture, le plus grand musée du monde sur le web, s’est associé avec cinq institutions de la ville de Lyon dont le Musée de confluences et la Biennale pour proposer un nouveau concept : voir virtuellement des dizaines de milliers de tableaux, sculptures ou installations depuis chez soi. Avec ces balades virtuelles, les musées espèrent que les internautes se rendront physiquement sur les lieux des musées. De nouveaux outils ont été également installé dans les musées, comme une visite en réalité augmentée qui permet de découvrir des oeuvres grâce à une tablette tactile, et non plus à travers un audioguide.

Musée vivant numérisation

Google Arts & Culture numérise à très haute définition et met en ligne les œuvres de centaines de musées du monde en passant par le château de Versailles jusqu’au MoMa à New York. Après l’art, le même concept se réalise dans la mode en numérisant les collections des plus grands couturiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *