Publié par Un commentaire

L’exemple du digital au musée Grévin pour une visite plus immersive

Musée Grevin une visite plus immersive

Le musée Grévin a réouvert ses portes depuis le 9 février 2019 après un mois de travaux pour faire peau neuve et accueillir plusieurs nouveauté. L’espace a été totalement repensé pour offrir une toute nouvelle expérience et inclure de nouveaux décors pour accueillir près de trente nouvelles statues. Le parcours est devenu plus interactif : il est désormais semé d’écrans, de vidéos, de musique et effets spéciaux avec même la possibilité de mettre en scène ses selfies aux côtés des plus grandes personnalités du monde. En effet, dans l’époque du digital, il était nécessaire de repenser l’ensemble de l’expérience de visite de ce musée construit en 1882. Le musée est désormais devenu un musée à vivre, plus qu’à voir.

Le visiteur imagine sa propre expérience immersive

L’institution touristique s’inscrit plus que jamais dans une logique immersive et interactive à travers six espaces thématiques (Histoire, Enfants, Cinéma, Musique, Politique, Sport). Aux côtés des nouvelles statues du musée, les nouvelles technologies ont également fait leur entrée au service d’une muséographie poussée. L’immersion du visiteur doit être totale et ce, dès l’entrée devenue hall de palace art déco. Le visiteur a l’occasion de rencontrer d’autres stars, marcher sur le tapis rouge du festival de Cannes, être interviewé par la journaliste Léa Salamé, une des nouvelles statues du site, et même participer à des films intégrés au parcours grâce à de nombreux écrans qui le ponctuent. Après avoir rencontré Bernard Pivot et Amélie Nothomb à travers un écran qui recrée la vitrine d’un café, le visiteur pourra alors faire la une d’un magazine de presse dans lequel son visage s’intègre, permettant dans le même temps à la personne qui l’accompagne de prendre un selfie grâce à une borne digitale.

De nombreuses séquences vidéo ont été intégrées au parcours pour permettre au visiteur d’être acteur de sa visite. Dans le carré des sportifs, le spectateur est invité à faire du vélo, à tenter une tête sur un terrain de football entouré de Ronaldo et Messi ou encore à faire un Aka devant les rugbymen. Pour les visiteurs davantage attirés par la musique, ils peuvent terminer sur la scène en appuyant sur un bouton et sélectionner une composition de chansons pour danser aux côtés de Beyoncé. Outre des scènes de télé et de cinéma, le visiteur peut participer aux grands tableaux de l’histoire : il est invité à rouler en Jeep avec le Général De Gaulle ou encore à écrire sur les murs de Paris de 1968 sous le regard de Jean-Paul Sartre.

Musée Grevin une visite plus immersive

Le digital permet de redécouvrir l’histoire et la culture en faisant appel à d’autres sens

Les musées, et plus généralement les institutions culturelles de renommée nationale voire internationale, se remettent en question face à la question du digital. Au travers de leurs collections, les institutions se doivent de questionner des sujets d’actualité et favoriser la confrontation de points de vue pour sortir de leur image « hors du temps » et de la société. Elles doivent désormais être un lieu de rassemblement et d’échanges de points de vue pour diffuser la Culture et faire grandir les esprits. Ce nouveau positionnement se traduit par une prise de conscience progressive de la nécessité d’améliorer leur image de marque et de mettre en œuvre des démarches participatives avec leurs publics notamment en invitant de plus en plus le visiteur à devenir acteur de sa visite et créer son propre parcours. Au-delà des outils numériques, les institutions culturelles comme le musée Grévin se penchent sur le développement de partenariats pour développer une nouvelle approche à proposer aux visiteurs, comme par exemple la création d’ateliers artistiques et culturels, véritables laboratoires de découverte de l’Art qui permettent aux visiteurs de s’impliquer physiquement.

En s’appuyant sur les nouvelles technologies et les outils numériques, il est aujourd’hui possible pour les institutions de repenser et faciliter l’accès à l‘information et aux contenus et ce, qu’elle qu’en soit la nature, que ce soient des informations pratiques, éducatives ou récréatives. Les institutions culturelles introduisent de nouveaux services digitaux dans un ensemble cohérent. Ainsi, les outils numériques deviennent des vecteurs de développement d’une démarche globale d’innovation, favorisant la créativité, l’émulation et l’ouverture d’esprit.

Une réflexion au sujet de « L’exemple du digital au musée Grévin pour une visite plus immersive »

  1. […] musées. Bien que le sujet ait déjà été évoqué à plusieurs reprises au travers des articles L’exemple du digital au musée Grévin pour une visite plus immersive et Visite au musée digital Micro Folie, nombreux sont les musées à repenser l’expérience des […]

Les commentaires sont fermés.