Publié par

Cabine d’essayage virtuelle : étude de cas Carrefour

Cabine essayage virtuelle carrefour miroir interactif

 

Le lancement évènementiel de la cabine d’essayage virtuelle chez Carrefour, dans une initiative baptisée « Mon look virtuel by Tex » permet de mettre en lumière les avantages et les limites de cet outil numérique qui pourrait bien être employé par d’autres grandes marques de prêt-à-porter à l’avenir. Ainsi, si le concept s’inscrit dans l’air du temps, certains obstacles technologiques devront être dépassés par les acteurs du développement digital.

Une initiative dans l’air du temps

Cabine essayage virtuelle carrefour miroir interactif

Une nouveauté technologique

Comme Carrefour aime à le rappeler, cette initiative technologique constitue une première en France. Pendant la semaine du 19 au 25 mars 2014, 6 centres commerciaux ont été équipés d’un totem interactif inédit. Il permet de scanner les individus qui se présentent à sa portée pour les afficher sur l’écran et leur permettre d’essayer virtuellement toute une série d’articles, grâce à la réalité augmentée. L’utilisation d’une technologie de détection du mouvement donne un aspect ludique à l’expérience. En regroupant les nouveautés technologiques récemment développées par DIGILOR, la cabine d’essayage Carrefour offre donc une initiative inédite et amusante.

Une inscription au cœur des réseaux sociaux

Pour mieux promouvoir son initiative, Carrefour l’a inscrite au cœur des réseaux sociaux contemporains, et incite ses utilisateurs à porter le fruit de leur expérience sur Internet. Chacun peut ainsi immortaliser son expérience en se prenant en photo, et la poster sur son réseau social favori. Un bon d’achat de 100 euros est même offert au cliché qui aura le plus de succès. Si cette initiative se démarque par son originalité technologique, elle s’inscrit aussi dans le marketing numérique moderne via les outils qui sont à sa disposition.

Un outil de communication plus qu’une révolution commerciale

Dans son communiqué de presse, Carrefour vante l’utilité commerciale et pratique de son projet, « une innovation qui permet de gagner du temps et simplifie l’acte d’achat ».  Pour autant, il ne semble pas si évident que l’utilité première de la cabine d’essayage virtuelle  soit son aspect pratique. Comme le note ainsi certains des utilisateurs, la réalité augmentée, dont la marge de progression technologique reste énorme, ne remplace pas un essayage physique. Par ailleurs, un temps d’adaptation est nécessaire pour les clients les moins habitués aux nouvelles technologies, source potentielle de perte de temps.

La véritable valeur ajoutée du projet réside en revanche dans son impact marketing et communicationnel. La restriction de l’initiative à une petite semaine, l’aspect révolutionnaire des technologies présentées et l’utilisation revendiquée des réseaux sociaux en font une expérience unique et promotionnelle. Le sondage des consommateurs montre également que c’est bien le côté ludique, fun et inédit de l’initiative qui les a convaincus, plus qu’un avantage pratique qui reste encore à démontrer.

Cabine essayage virtuelle carrefour miroir interactif

Des barrières technologiques à franchir

L’aspect ludique de l’initiative pâtit cependant d’un certain nombre de limites technologiques que les utilisateurs relèvent assez rapidement. Ainsi, le témoignage d’une usager déplore le manque de réactivité du détecteur de mouvement et les pertes de connexion récurrentes du fait du passage dans le hall commercial. On peut aussi regretter le manque d’adaptation des vêtements choisis à la morphologie des usagers, « les femmes petites se retrouvent avec un top qui se transforme en robe longue », avoue une cliente, après expérience. L’investissement sur long-terme de ce genre de façades digitales interactives suppose donc un travail de fond sur les outils technologiques employés, qui garantira la pérennisation de l’expérience, une fois dépassé l’effet de surprise.

La cabine d’essayage virtuelle Carrefour illustre bien les domaines d’utilisation dans lesquels peuvent être investies les solutions digitales pensées par DIGILOR. Véritables outils de communications, elles développent une complémentarité intéressante avec les réseaux sociaux au cœur de la société contemporaine. Par ailleurs, outre un aspect pratique qui nécessitera un certain temps d’adaptation des utilisateurs, ces nouvelles technologies semblent réinventer l’expérience d’achat pour la rendre beaucoup plus interactive et amusante. Ces perspectives invitent donc les développeurs comme DIGILOR à investir le secteur pour affirmer des offres potentielles.