Publié par Laisser un commentaire

Le digital au service du développement durable

Digital et développement durable

A l’occasion de la COP24, 24 ème Conférence des Parties à la Convention Climat qui s’est achevée le 17 décembre 2018, 196 pays ont abordé les grandes questions du développement durable. Entre bilans et avancées, il ressort que les acteurs non-étatiques incluant les entreprises, les ONG et les villes, ont encore une fois manifesté leur détermination à s’engager. Des sociétés françaises, impliquées dans l’initiative Net Zéro, ont fait part de leurs convictions quant à l’urgence de viser la neutralité carbone. Les grands groupes du Luxe et de la Mode ont signé de leur côté la Fashion Industry Charter for Climate Action.

Aujourd’hui, les entreprises ont un rôle majeur à tenir à travers la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). A l’ère des nouvelles technologies, le digital vient renforcer l’engagement des sociétés dans leur stratégie de développement durable. Alors concrètement, comment mettre le numérique au service du développement durable ?

En quoi le digital peut servir les enjeux du développement durable ?

 

Une démarche RSE est toujours profitable à l’entreprise ou à la collectivité. En intégrant les préoccupations environnementales et économiques dans leurs activités et leurs échanges, les entreprises et les communes choisissent de contribuer à la protection de notre environnement. Éthique et durabilité doivent s’inscrire au centre des modes de fonctionnement. Avec la montée en puissance du digital et les nouveaux supports digitaux, logiciels et applications, les processus métiers ne cessent d’évoluer, tout comme nos infrastructures et nos services locaux. L’emploi massif des nouvelles technologies permet aujourd’hui de traiter les nombreuses données que reçoivent les entreprises et les administrations. Sans elles, il serait tout simplement impossible de suivre la cadence et les tendances des marchés ! Pour les villes, ce sont là des opportunités pour dynamiser et faciliter la vie sociale des habitants et des visiteurs.

Au delà de l’aspect pratique, le digital tend à diminuer fortement les impressions papier, notamment avec la dématérialisation, les outils collaboratifs et les supports numériques connectés. Parmi les nouvelles habitudes des entreprises, on constate que les réunions collaboratives avec partage d’écrans connectés sont de plus en plus répandues. Là encore, plus besoin d’imprimer d’innombrables documents pour chaque collaborateur puisque tout se fait de manière interactive. Dans certaines villes et services locaux, on voit également de plus en plus de solutions digitales mises en place pour orienter le public et faciliter les démarches administratives. D’une manière générale, avec les applications tactiles et l’affichage dynamique en solutions métiers, le digital devient l’une des voies royales de l’éco-responsabilité.

Les stratégies digitales à adopter pour une démarche éco-responsable

  • Limiter les impressions avec une solution de dématérialisation des données.
  • Se rapprocher du Zéro papier grâce à la dématérialisation des affichages.
  • Optimiser l’expérience client avec des solutions digitales (applications, logiciels, supports digitaux).
  • Utiliser des solutions d’énergie verte pour le web
  • Privilégier les e-mails et la communication digitale sur les réseaux sociaux.
  • Organiser des visioconférences et des réunions collaboratives interactives pour communiquer.

Pourquoi associer le digital à sa stratégie RSE est devenu essentiel ?

D’après l’un des derniers sondages Ipsos et d’autres études, aujourd’hui près de 79% des Français se renseignent sur le web avant d’effectuer leurs achats. Ils veulent connaître la provenance d’un produit, les ingrédients, les processus de conception, la qualité du service, mais aussi les valeurs de la marque ou de l’entreprise. Environ 85% des consommateurs en France déclarent faire plus facilement un achat lorsque ce dernier est lié à une bonne cause. Il ressort également que 78% des Français préfèrent acheter un produit qui offre un bénéfice environnemental. Enfin, 60% des consommateurs boycottent systématiquement les entreprises qui ne sont pas engagées dans la voie du développement durable.

Digital et développement durable

 

Tous au service du développement durable avec le digital

Le secteur du transport a déjà entrepris la conduite du changement au profit du digital et de l’eco-responsabilité. On peut citer la SNCF avec ses nombreuses bornes digitales en gare et les applications mobiles qu’elle met à disposition des voyageurs. La SNCF est d’ailleurs en phase de test pour une nouvelle solution digitale. Tout’Oui, est une interface conversationnelle au service des réclamations clients, qui devrait être lancée prochainement.

Autre exemple à Lyon, une application mobile (Optimod’Lyon) a été lancée par la ville pour calculer les déplacements en temps réel quel que soit le mode de transport utilisé. Ainsi, les utilisateurs peuvent éviter les zones d’embouteillages et donc limiter leur impact sur l’environnement en choisissant l’itinéraire et le mode de transport le plus adapté.

L’autopartage montre également de belles avancées digitales en faveur du développement durable. C’est le cas de Cityz qui propose le partage de voiture en libre accès à tout moment grâce à une carte d’abonné et une application à télécharger sur le smartphone. Tout se fait de manière connectée et sans aucun papier !

La Finance est un autre secteur constamment en transformation. Entre ISR, finance solidaire et finance participative, le secteur est en pleine mutation et pour cela il utilise largement le digital. A l’occasion de la semaine de la Finance Responsable, l’ensemble des bureaux de Poste équipés d’écrans d’affichage dynamique avaient par exemple diffusé une animation pour communiquer sur les nombreux événements de la semaine.

Dans nos administrations (Impôts, Urssaf, Caf, etc), la télédéclaration, le télé-paiement et diverses démarches administratives sont désormais possibles en ligne, mais aussi sur place via des bornes tactiles. Pour les personnes à mobilité réduite, des bornes tactile PMR sont installées, et pour les opérations de facturation il y a les bornes interactives de paiement. Autant d’exemples qui prouvent que le digital est un levier essentiel au développement durable.

Aujourd’hui, il existe de nombreuses solutions digitales pour optimiser le parcours client, les processus métiers et diminuer l’empreinte carbone. On trouve des solutions interactives pour les concessions automobiles, le secteur de l’hôtellerie, de l’immobilier ou encore de la restauration. Il y a aussi des solutions digitales dédiées au secteur médical, ou au tourisme notamment. Entre prise de conscience et volonté de bien faire, tous les secteurs d’activité se sentent à présent concernés par la question du développement durable et ils comprennent l’intérêt d’inclure à leur stratégie RSE des outils digitaux responsables.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *