Nous contacter

Digilor

SERVICE COMMERCIAL 01 41 68 23 76
SERVICE COMMERCIAL 01 41 68 23 76
SERVICE COMMERCIAL 01 41 68 23 76

Où installer son écran d’affichage dynamique ?

Affichage dynamique retail écran vitrine

Installer un support d’affichage dynamique est une étape longue et fastidieuse puisque de nombreux paramètres sont à prendre en compte : audience, cible, contenus, lumière, contraintes… Une entreprise doit alors considérer l’environnement dans lequel l’écran sera installé tout comme sa hauteur ou distance. 

La prise en compte de l’environnement et de l’espace

Plusieurs critères sont à étudier pour mener à bien un projet d’installation d’affichage dynamique dans une enseigne. Il est tout d’abord conseillé de ne jamais placer son écran à l’entrée du magasin, dans une zone appelée zone de décompression. Les clients entrants ont tendance à ne pas prêter attention aux 4 premiers mètres. Si par exemple on place des flyers dès l’entrée du magasin, aucun client ne les prendra, alors que s’ils sont reculés de quelques mètres, la distribution sera efficace. L’explication est intuitive : le client n’est pas attentif dans son entrée du magasin, car il est occupé à fermer son parapluie, ranger son sac… Cette zone de décompression est applicable à tout type de surface, elle est simplement proportionnelle à la longueur et la taille du magasin. 

Une deuxième recommandation serait de placer l’écran d’affichage derrière soi : interrompre volontairement le champ de vision du client permet d’attirer pleinement son attention. Les clients regardent en premier lieu les personnes, il faut donc placer les écrans derrière, comme dans un fast food par exemple. Cette recommandation peut être accompagnée d’un effet miroir, ces derniers étant installés un peu partout dans le magasin. Ils font ralentir les clients qui apprécient se contempler et passent davantage de temps dans l’enseigne. Ils créent un climat détendu et augmentent les chances qu’un client s’attarde devant un écran d’affichage. 

L’environnement dans lequel les écrans seront installés est à étudier, à comprendre. Il est important de créer une certaine harmonie, qu’elle soit esthétique ou marketing. Allier esthétisme et transmission claire de messages passe par exemple par le fait de cacher les fils de branchement. L’harmonie marketing définit la capacité à comprendre l’environnement global où les clients évoluent. Un client qui marche dans un rayon est confronté à de nombreuses informations, offres et promotions qui attirent son attention, d’où la nécessité de bien placer son écran par rapport à d’autres publicités. 

Un projet d’affichage dynamique ne peut être réussi que si un travail sur les cibles est effectué en amont. Les clients entrent dans l’enseigne pour effectuer une tache particulière et n’ont donc pas le temps de s’arrêter devant un écran. Cependant, une fois la mission accomplie, la concentration se dissipe et c’est ce moment qu’il faut utiliser pour faire passer le message à l’utilisateur. Il est donc primordial de bien connaitre la cible, de se mettre à la place du client, de se plonger dans l’environnement et de deviner où il portera son attention : en d’autres termes, identifier le moment auquel la cible aura besoin de l’information pour lui apporter.  

Enfin, il est important de clarifier les enjeux, les attentes et de relier tous les paramètres entre eux afin de les intégrer dans une stratégie globale. Les différences démographiques, de personnalité ou de mentalité peuvent avoir des conséquences différentes sur le comportement des clients. Pourquoi pas même s’inspirer de modèles d’affichage qui fonctionnent, comme les signaux routiers : un message clair, lisible, au bon moment et à la bonne fréquence, avec des pictogrammes… 

Les aspects plus précis et techniques de l’écran 

Si l’environnement dans lequel l’écran sera placé a un impact significatif sur le projet, certains aspects plus techniques de l’affichage dynamique sont également à considérer. Le placement d’un écran par exemple constitue une étape cruciale. Il ne doit par exemple pas être trop haut, pour que le client porte son regard naturellement sur l’écran. Notre champ de vision est plus important horizontalement que verticalement, notre regard est tourné vers le bas… L’entreprise doit effectuer des calculs pour obtenir le bon angle de vision. Et l’enjeu est complexe : un client n’est pas fixe et se déplace dans le magasin, il est donc difficile de s’assurer que l’écran soit toujours dans le champ de vision. A titre d’exemple, un écran doit être placé suffisamment haut pour être vu de loin, mais suffisamment bas pour être visible de près. 

Un second aspect à prendre en compte est la luminosité et les reflets. Ces derniers sont souvent négligés car tous les angles de vue ne sont pas forcément testés. En règle générale, il faut éviter de placer un écran sur le mur opposé à une vitre ou en face d’une lumière, ce qui peut s’avérer particulièrement difficile dans un supermarché par exemple. Les bords des écrans peuvent aussi créer des reflets. La luminosité permet alors de contrer ces reflets, et certains écrans en extérieur nécessitent une luminosité élevée. Un écran situé en extérieur a des besoins 10 fois plus importants qu’un écran en intérieur. 

Pour mener à bien un projet d’affichage dynamique, l’entreprise doit choisir une taille pertinente et une utilité à l’affichage dynamique. Elle doit cibler ses besoins et dresser une liste d’objectifs, que l’affichage dynamique permettra de réaliser. En effet, la taille d’un écran n’est pas proportionnelle à son efficacité, il faut donc réfléchir à une taille optimale. On constate qu’un grand nombre d’informations passent par nos smartphones alors qu’ils ont une petite taille. Ainsi, les grands écrans s’adaptent dans les zones de passage, et les petits dans les zones d’attente. 

Enfin l’entreprise doit se pencher sur l’installation et la sécurité du matériel. Doit-elle poser elle-même l’écran ou faire venir un professionnel ? L’installation nécessite des connaissances précises et à un impact non négligeable sur la sécurité, notamment dans le cas d’une chute d’écran. L’entreprise doit se poser 3 questions : le lieu de fixation résistera- t-il au poids ? Le support résistera-t-il au poids des écrans ? Le matériel de fixation est-il adapté à la nature du mur ? Ainsi si l’installation dépasse un certain poids, il est conseillé d’utiliser le plafond plutôt que le mur ou des fixations au sol. Il peut aussi être stratégique de travailler sur une installation existante, dans le cas où l’entreprise souhaite mettre un écran plus grand. Chaque élément de la structure doit pouvoir supporter le poids total multiplié par 5. L’entreprise doit finalement tenir compte de l’environnement dans lequel l’écran sera placé, mais aussi des spécificités de ce dernier. 

Partagez cet article

LinkedIn
Twitter
Facebook

Sommaire

Ces articles peuvent vous intéresser