Publié le

Le fil d’actualité du quartier

Affichage dynamique urbain fil actualité

Les affichages digitaux et dynamiques s’emparent de plus en plus des milieux urbains alors que la technologie se démocratise et devient plus accessible. A l’inverse des précédentes décennies où les affichages digitaux s’imposaient dans le centre des villes comme des moyens publicitaires de masse, ils s’invitent aujourd’hui à une échelle plus locale pour servir des communautés de quartier et s’inscrire dans une dimension de proximité. A l’échelle d’un quartier, un fil d’actualité digital peut renforcer les liens entre les personnes d’une communauté tout en promouvant et dynamisant la vie locale.

Soofa : une initiative connectée urbaine pour servir les communautés locales

Soofa est une initiative lancée par l’entreprise éponyme créée en 2014 par Sandra Richter et Jutta Friedrichs au Media Lab MIT. Cette initiative avait à l’époque fait beaucoup parler d’elle par l’invention d’une signalétique digitale urbaine alimentée au moyen de panneaux photovoltaïques. Des prototypes avaient été installés dans les centres urbains tels qu’à Boston et Miami. Cette nouvelle initiative a été testée par la ville de Sommerville aux Etats-Unis, au sein de l’Innovation Hub SomerNova. Ces trois écrans situés en extérieur affichent tout au long de la journée un fil d’actualité créé par la communauté, pour la communauté. Samantha Wards, la Marketing and Customer Success Manager, décrit Soofa comme un fil d’actualité agissant comme un réseau social urbain. Certaines bornes sont utilisées par des artistes locaux pour diffuser leurs œuvres et par des entreprises pour leurs publicités. Les passants peuvent ainsi s’arrêter et s’informer sur les nouveautés ou les événements à venir au sein de leur communauté. Pour utiliser Soofa, il suffit de s’inscrire et son utilisation est entièrement gratuite. Tout comme sur les réseaux sociaux, il est possible de sponsoriser son contenu en payant afin qu’il apparaisse plus fréquemment. L’objectif recherché est de connecter les communautés entre elles et transformer le fait de marcher dans la ville en une expérience où le passant apprend et découvre la vie locale.

Depuis cette expérience urbaine à Sommerville, d’autres villes ont emboîté le pas de la digitalisation telle que la ville d’Everett au Nord de Boston. En partenariat avec Soofa, la ville a réfléchi depuis plusieurs années à améliorer son système de transport public en investissant dans des initiatives à la pointe de la technologie. C’est ainsi que la ville d’Everett s’est inscrite comme pionnière dans le transport intelligent en installant des écrans dynamiques aux stations. Sur ces bornes sont diffusées les horaires de passage des transports mais également les actualités en lien avec la communauté et les événements à venir. La philosophie derrière cette initiative est de considérer le système de transport public comme un élément crucial pour construire un esprit de communauté et améliorer l’expérience des citoyens lorsqu’ils traversent le paysage urbain.

Une initiative généralisable et modulable possédant une forte plus-value

La portée des bénéfices de l’initiative Soofa a dépassé les attentes des porteurs du projet et l’impact a été plus fort qu’escompté. Bien que la vie communautaire et de quartier est d’autant plus prégnante dans la culture américaine, un tel projet pourrait avoir un impact fort au sein des villes françaises. En effet, promouvoir les initiatives locales telles que les associations qui ont un impact positif sur leur communauté ou les événements en diffusant par exemple les horaires des marchés et la programmation des salles de spectacle aux alentours donne vie au quartier. En ce sens, une telle initiative peut posséder une dimension écologique en promouvant la consommation locale et les commerces de proximité.

On peut également élargir la portée d’un tel dispositif en milieu urbain en proposant des écrans munis d’une interface tactile sur laquelle les passants pourraient s’inscrire à des ateliers organisés par des associations de quartier. En effet, nombreuses sont les associations à manquer de visibilité sur leurs activités qui pourraient servir la vie de la communauté dans laquelle elles s’inscrivent. En particulier, cela permettrait de promouvoir des ateliers de réparation d’appareils domestiques ou la mise en réseau de personnes au sein d’un cercle d’entraide. Ainsi, de telles innovations invitent le milieu urbain à se repenser et réinventer la relation réciproque qu’il entretient avec ceux qui l’habitent et le font vivre.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]